Les hémorroïdes

La maladie hémorroïdaire est une pathologie fréquente en France1. Pourtant, cette pathologie est encore taboue et beaucoup de
patients hésitent à en parler à leur médecin ou pharmacien. Des solutions thérapeutiques existent pour vous soulager.

Qu’est-ce que les hémorroïdes ?2,3

Les hémorroïdes sont des structures veineuses naturellement présentes depuis la naissance chez chacun d’entre nous.

Il s’agit de veines hémorroïdaires qui forment des lacs veineux comme des « grappes de raisin » unies entre elles tout autour de l’anus.

Il existe deux types d’hémorroïdes :

Les hémorroïdes internes qui sont situés à l’intérieur du canal anal.

Les hémorroïdes externes qui sont situés sur le pourtour de l’anus et qui ne sont visibles qu’en cas de complications de maladie hémorroïdaire.

Chacun de nous possède donc des hémorroïdes même ceux qui ne souffrent pas de maladie hémorroïdaire.

Cependant, les veines qui forment les hémorroïdes peuvent se dilater anormalement et être ainsi responsables de symptômes gênants.
On parle alors de maladie hémorroïdaire ou crise hémorroïdaire.

Quels sont les signes évocateurs de la maladie hémorroïdaire ?2,3

Les symptômes de la maladie hémorroïdaire regroupent :

Les saignements qui sont souvent peu abondants et se caractérisent par la survenue de sang rouge vif au cours de la défécation.

Le plus souvent le sang est visible sur le papier-toilette ou les sous-vêtements. Attention, des douleurs et des saignements au niveau
anal peuvent aussi cacher d’autres maladies plus ou moins graves que seul votre médecin pourra diagnostiquer;

Les démangeaisons ;

Les gonflements (également appelés « tuméfaction »), qui sont dus à la descente et l’extériorisation des hémorroïdes ;

La douleur ou gêne anale présente surtout au moment et juste après la défécation, en position assise ou durant la marche ;

Tous ces symptômes peuvent aboutir à une gêne quotidienne.

Quels sont les facteurs qui favorisent la survenue des
hémorroïdes ?2,3,5

La maladie hémorroïdaire est déclenchée par plusieurs facteurs qui entraînent une pression constante au niveau des veines
hémorroïdaires :

Transit

Les troubles du transit
intestinal : la constipation, la diarrhée.

Laxatifs médicamenteux

La prise de certains laxatifs
médicamenteux.

Alcool

La consommation d’alcool et
d’épices.

La pratique de certains sports.

 

La grossesse, la période post-
accouchement et la période
prémenstruelle chez la femme.

Sédentaire

La sédentarité et la position
assise ou debout prolongée.

Hérédité

L’hérédité.

Le surpoids et l’obésité.

 

Conseils quotidiens pour prévenir et soulager les
hémorroïdes ?2

Je privilégie une alimentation qui régule le transit intestinal afin de lutter contre la constipation : légumes, fruits, céréales complètes.

J’évite les plats épicés et l’alcool qui sont des facteurs réputés pour favoriser la congestion des veines.

Hydratation

Je bois au moins 1,5 litre d’eau par jour.

Je vais à la selle à heure fixe et évite de déféquer en
faisant des efforts intenses.

Activité physique

Je pratique une activité physique régulière.

Quels traitements pour soulager les hémorroïdes ? 4

Plusieurs types de traitements médicamenteux peuvent être prescrits pour soulager les symptômes de la maladie hémorroïdaire :

les traitements par voie orale et les traitements locaux. Par ailleurs, en cas de complications de la maladie, une prise en charge
instrumentale voire même chirurgicale peut être envisagée.

Les traitements par voie orale :

Laxatifs médicamenteux

Les traitements veinotoniques permettent de renforcer votre capital veineux et de soulager vos douleurs et vos gênes. Ils agissent en augmentant le tonus et la résistance des veines. Ils sont recommandés en cas de manifestations aiguës de la maladie hémorroïdaire et pour une courte durée d’utilisation.

Les régulateurs du transit, associés à des règles hygiénodiététiques, aident à lutter contre la constipation dans le but d’éviter l’aggravation d’une crise hémorroïdaire. Ces médicaments sont recommandés en cas de symptômes liés à la maladie hémorroïdaire interne et externe, mais aussi en préventif.

Les Anti Inflammatoires Non Stéroïdiens et les antalgiques (paracétamol) peuvent être utilisés en cas de douleurs dues à une thrombose hémorroïdaire.

Les traitements locaux :

creme

Les crèmes, les pommades ou encore les suppositoires contenant un dérivé corticoïdique ou un
excipient lubrifiant font partie des traitements à action locale. Ils doivent être utilisés sur une période
de courte durée et ne doivent pas être utilisés en prévention.

Demandez conseil à votre pharmacien ou votre médecin qui vous conseillera le traitement le plus adapté à vos symptômes.

1. Abramowitz L et al., The prevalence of proctological symptoms amongst patients who see general practitioners in France, European Journal of General
Practice, 2014 ;20 :301-306.

2. Site d’information santé de l’Assurance Maladie: https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/hemorroides/bons-reflexes-cas-faut-consulter consulté en
Janvier 2018

3. Site internet de la Société Nationale Française de Colo-Proctologie : https://www.snfcp.org/informations-maladies/hemorroides/les-hemorroides/ consulté
en Janvier 2018

4. Site internet de la Société Nationale Française de Colo-Proctologie, Thierry Higuero : https://www.snfcp.org/wp-content/uploads/2017/Recommandations/RPC-MALADIE-HEMORROIDAIRE.pdf consulté en Janvier 2018

5. Site d’information santé de l’Assurance Maladie: https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/hemorroides/definition-facteurs-favorisants-symptomes
consulté en Septembre 2018

daflon® 500 mg – Fraction flavonoïque purifiée micronisée

Médicament préconisé dans le traitement des troubles de la circulation veineuse (jambes lourdes, douleurs, impatiences) et dans le traitement des signes
fonctionnels liés à la crise hémorroïdaire. Demandez conseil à votre pharmacien. Lire attentivement la notice. Si les symptômes persistent, consultez votre
médecin.

daflon® 1000 mg – Fraction flavonoïque purifiée micronisée

Médicament préconisé dans le traitement des signes fonctionnels liés à la crise hémorroïdaire. Demandez conseil à votre pharmacien. Lire attentivement la
notice. Si les symptômes persistent plus de 15 jours consultez votre médecin.